C&C Ostéopathes
Ostéopathes à Lyon 8

Règles douloureuses et ostéopathie


22 vues

Les règles douloureuses, ou dysménorrhées, sont fréquentes pour de nombreuses femmes au cours de leur cycle menstruel. Elles sont caractérisées par le ressenti de douleurs pelviennes, parfois associées à d’autres symptômes, qui altèrent significativement la qualité de vie des femmes qui en souffrent.

Début de la menstruation : puberté

La ménarche, soit la première menstruation, marque le début du cycle menstruel. Elle se produit chez la jeune fille entre 9 et 16 ans, le plus souvent aux alentours de 12 ans.

 

Les signes précurseurs du développement sexuel et de l'approche de la première menstruation sont appelés « caractères sexuels secondaires », ils se produisent pendant la puberté en réponse à la sécrétion des hormones sexuelles :

  • Développement mammaire,
  • Apparition de poils pubiens et axillaires (aisselles),
  • Ecoulements vaginaux,
  • Acné,
  • Elargissement des hanches et de la morphologie du bassin,
  • Poussée de croissance.

Cet ensemble de caractères sexuels secondaires apparaissent différemment et sont dépendants de la croissance et de la nature de chaque personne.
 

La durée et la régularité du cycle peuvent mettre du temps à se stabiliser et restent parfois variables même chez la femme adulte.
 

En l’absence de ménarches à l’âge de 16 ans chez la jeune fille, il convient de consulter chez un médecin spécialiste afin de déterminer la présence de facteurs sous-jacents pouvant expliquer le retard de la mise en place du cycle menstruel.

Cependant, il faut garder à l’esprit que la mise en place de ces facteurs, bien qu’elle soit conditionnée par l’environnement et l’apparition des caractères sexuels secondaires, est aussi dépendante de facteurs génétiques.

Douleurs de règles : dysménorrhées primaires

Les douleurs de règles, appelées dysménorrhées, accompagnent bien souvent chaque cycle menstruel. Elles sont gérables (selon le degré de douleur de chacune) le plus souvent sans médicaments, et disparaissent en même temps que les saignements.

La gestion médicamenteuse de la douleur des dysménorrhées primaires peut se faire avec des anti-douleurs ou des anti-inflammatoires, ou encore des contraceptifs oraux pour réguler le cycle menstruel et la sécrétion hormonale. Sans avoir recours à des médicaments, il est également possible d’utiliser une bouillotte sur le bas ventre.

 

D’autres symptômes peuvent être associés à ces dysménorrhées, c'est le syndrome pré-menstruel (PMS) :

  • Douleurs lombaires,
  • Maux de tête,
  • Troubles digestifs (diarrhée et/ou constipation),
  • Fatigue,
  • Troubles de l’humeur,
  • Acné

 

Concernant les dysménorrhées primaires, elles apparaissent en même temps que les ménarches, et sont tout à fait normales pour la plupart des femmes.

Elles sont liées à la sécrétion de l’hormone prostaglandine, qui est responsable des contractions utérines. Ces contractions favorisent l’expulsion de la muqueuse utérine. Une sécrétion accrue de prostaglandine est corrélée à une contractilité plus importante du myomètre (muscle utérin), et donc à l’origine des douleurs pelviennes que l’on appelle dysménorrhées.

 

L’intensité des dysménorrhées est variable d’une femme à l’autre, tant par leur durée que par leur évolution au fil des ans. Elles surviennent le plus souvent 1 à 2 jours avant l’apparition des règles et peuvent durer de quelques heures à plusieurs jours. Ces douleurs, et leur comportement, peuvent aller en diminuant, et changer après une première grossesse.

Douleurs de règles : dysménorrhées secondaires

La dysménorrhée secondaire peut débuter à n'importe quel stade de la vie reproductive, et son lien avec des affections gynécologiques peut varier en fonction de l’âge.

Ces douleurs accrues peuvent se développer plus tard dans la vie d’une femme, et elles expérimentent alors  une évolution exponentielle et « anormale » des douleurs jusqu'alors connues.

La consultation chez un médecin spécialiste, permet de rechercher des conditions médicales sous-jacentes telles que l’endométriose, l’adénomyose, les fibromes utérins, les infections pelviennes

 

Une contraception hormonale mal supportée peut aussi être responsable de dysménorrhées secondaires, dans ce cas de figure il convient d’en parler rapidement à votre gynécologue.

De la même façon, un changement dans l’intensité des douleurs en cas de contraception par stérilet (DIU) cuivre ou hormonal, doit motiver une avis médical rapide.

Le traitement en ostéopathie

La pris en charge au cabinet d’ostéopathie permet le soulagement rapide des douleurs de règles.

Dans le cas de dysménorrhées primaires, particulièrement chez la jeune femme tout juste réglée, l’ostéopathie permet travailler au relâchement des tensions utérines, des attaches ligamentaires et fasciales de l’appareil gynécologique et de ses liens direct avec le bassin osseux et le système digestif bas.

 

Le choix d'une mise en place d’une contraception par stérilet peut également faire l’objet d’une consultation afin de soulager les douleurs éventuelles générées dans les premiers cycles ou après la pose.

 

Le traitement en ostéopathie sur des dysménorrhées secondaires, en présence de vos examens complémentaires récents, peut grandement contribuer à diminuer les douleurs liées à l’endométriose ou l’adénomyose. Il peut également être utile de combiner une consultation au cabinet avec une séance d’acupuncture auprès d’un professionnel agréé.

Camille Tejada
Ostéopathe D.O. spécialisée en périnatalité
Lyon 8

camille tejada osteopathe Lyon

Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Bruxisme et ostéopathie

04 Fév 2024

Le bruxisme se définit par une contraction involontaire des muscles de la mâchoire, qui crée un phénomène de serrage, de claquage, ou de grincement des dents...

Quelle est la différence entre kiné et ostéo ?

28 Jan 2024

Aaaah la fameuse question à 1 million !
 
- Pierre : C’est un peu pareil nan ?
- Paul : Lequel fait des massages ?
- Jacques : Lequel prend la carte vitale ?...

Le bilan de naissance chez l’ostéopathe

21 Jan 2024

Le bilan de naissance est dans l’idéal, à faire dans le 1er mois de vie de votre bébé.
L’accouchement, qui pour la maman a été souvent long et fastidieux, l’...

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |  

Connexion

Doctolib